Les débuts

“Le meilleur sans vouloir l’impossible”

C’est en 1982, au nord de Toulouse, face au désert de solution qui s’offre aux parents d’enfants souffrant de handicap lourd, qu’une dizaine d’entre eux créent Marie-Louise sous forme associative (loi de 1901). Les parents pionniers de Marie-Louise souhaitent créer une Maison d’accueil spécialisée (une MAS), pour accueillir 15 résidants, dans un lieu de vie familial et chaleureux. Ils arriveront à bâtir ce rêve grâce à leur volonté sans faille sur le terrain donné à Claude Rous, actuel président de la Fondation, par sa grand-mère Marie-Louise Sicard. Par respect pour sa grand-mère, très proche de Anne, sa fille handicapée, Claude choisit de donner son prénom à ce merveilleux projet. Le 7 juin 1985, quelques parents audacieux et aimants dessinent alors les premiers contours de Marie-Louise sur un terrain arboré de Gratentour…

“Notre volonté est grande”

S’en suivirent de nombreuses manifestations, multiples et variées, organisées par les bénévoles au grand cœur et très impliqués (amis, voisins, familles…) qui ont réussi le pari de créer une véritable chaîne de solidarité pour attirer les regards et rassembler les premiers donateurs. Toutes ces actions se concrétisent le 24 janvier 1989 avec l’ouverture officielle de la première Maison : la MAS Gratentour (Maison d’Accueil Spécialisée). Le collectif, les énergies sont là, la persévérance et la solidarité paient. Et ce n’est que le début de l’aventure… Marie-Louise a même obtenu l’amitié et le soutien de Lino Ventura (ci-contre aux côtés de Claude Rous) et sa Fondation Perce Neige.

L'évolution

“Notre énergie est illimitée”

Si Marie-Louise a un rôle indéniable de sensibilisation pour faire évoluer les regards portés sur le handicap, sa principale mission consiste à offrir des solutions concrètes pour améliorer le bien-être et le cadre de vie d’enfants devenus adultes et qui souffrent d’un manque de prise en charge adaptée à leur handicap. C’est ainsi que les Maisons ont commencé à pousser localement, dans tout le nord-toulousain. En 1996, une deuxième Maison est créée : c’est le Foyer d’accueil médicalisé (FAM) de Gratentour. Deux ans plus tard, l’association est reconnue d’utilité publique par décret du 23 juin 1998.

 

“De une à six Maisons, une ferme et un centre d’équithérapie”

Puis à partir des années 2000, tout s’accélère : ouverture en 2002 d’une Maison dédiée aux adultes autistes qui deviendra en 2014 la MAS Saint-Alban, création en 2006 de la Ferme Vivaldi “les 4 saisons” avec un projet, résolument innovant, offrant une vie dynamique ouverte sur la nature aux résidants, ouverture en 2009 d’un “double” établissement à Pechbonnieu avec une Maison de vie et un Foyer d’accueil médicalisé, puis, construction et inauguration de la MAS Le Coquelicot à Castelginest accueillant à la fois des résidants souffrant de handicap lourd et également des résidants autistes. En 2014, c’est toujours porté par cette même volonté d’offrir une vie meilleure à nos résidants et à leurs familles, que le Centre d’équithérapie voit le jour, aux abords de la Ferme Vivaldi, à Vacquiers (village proche du Centre de Gratentour). L’Equithérapie apporte un complément de soin unique et participe à la socialisation des personnes handicapées et autistes. 

Aujourd'hui et demain

“La bonne humeur est notre moteur”

Face à l’absence de structure d’accueil pour leurs enfants adultes handicapés, depuis 35 ans, Marie-Louise a créé 6 Maisons accueillant 275 résidants handicapés et 300 professionnels soignants pour prendre soin d’eux. Aujourd’hui, Marie-Louise atteint l’âge de raison et doit être à la hauteur de ses résidants, toujours dans la convivialité. Comme le dit si bien notre président Claude Rous : “On a déjà des enfants handicapés, il ne manquerait plus qu’on soit triste.” 

 

“Il faut continuer le combat”

En 2017, après avoir prouvé son indépendance, la pérennité de sa structure et la pertinence de sa vision, Marie-Louise obtient l’agrément Fondation, avec le même objectif : garantir l’avenir des résidants et accueillir les nouveaux, tout en œuvrant pour la meilleure qualité de vie possible.

Le 23 mai 1987, Marie-Louise Sicard, 88 ans, posait la 1ère pierre de la Fondation. Aujourd’hui, c’est à nous tous de préserver l’existant et d’inventer ce que sera demain pour construire l’avenir.